fabien-lavergne-jeune-viticulteur-en-girondeFabien Lavergne, jeune viticulteur à la Cave de Sauveterre de Guyenne, tout sourire et décontracté, s’est prêté au jeu de l’interview pour notre portrait de vigneron.

Fabien, je te laisse le soin de te présenter

J’ai obtenu un diplôme BTS viticulture-oenologie que j’ai étoffé avec une Licence Qualité. J’ai ensuite travaillé pendant trois ans comme responsable qualité dans un château Bordelais, c’était un poste très enrichissant mais dans un coin de mon esprit, mon idée première de m’installer en tant que Jeune Agriculteur, était toujours présente.

J’ai ensuite rejoint mon père sur l’exploitation viticole de 80 hectares, pour préparer mon installation qui a été effective en décembre 2009 à la suite du départ en retraite de mon oncle (associé jusqu’alors en GAEC avec mon père).

 

Est-il facile de trouver sa place sur une exploitation viticole avec une équipe de viticulteurs qui a déjà son rythme de croisière ?

Dès le départ, mon père a décidé de me faire confiance. Il m’a laissé seul maître à bord durant les premiers mois de mon installation. Ce fut l’occasion pour moi de me plonger dans le vif du sujet et d’être confronté à beaucoup de situations en très peu de temps.

 

Ce doit être très impressionnant mais aussi très motivant de faire ses gammes en solo ?

C’est très formateur. J’ai appris bien plus vite que s’il m’avait chaperonné à chaque instant même si j’ai fait des erreurs (j’ai acquis, en quelque sorte, une autonomie en mode rapide)

J’ai dû gérer le personnel aussi bien sur le plan administratif, pratique (bulletin de paie, arrêt de travail et réorganisation des emplois du temps…) que relationnel (en instaurant une relation de confiance).

Sur les parties techniques comme par exemple, la taille de la vigne (moment important puisque c’est le premier maillon du millésime à venir), j’ai décidé de raccourcir les bois à fruit. Nous venons, d’ailleurs, d’obtenir pour ce millésime 2009, une médaille d’or pour notre Château Du Plantier au Concours Général du Salon de l’Agriculture à Paris. C’est très gratifiant de voir son travail ainsi récompensé, ce n’est pas la première médaille sur l’exploitation et je suis convaincu que ce ne sera pas la dernière !

J’ai aussi pris la liberté de réaménager l’atelier de manière à ce qu’il soit plus fonctionnel.

Cette période de liberté m’a permis de prendre ma place dans ce nouvel espace professionnel, et avec le recul, j’en remercie mon père.

Depuis nous prenons les décisions en commun, tous les lundis matins nous planifions l’organisation du travail de la semaine. Mon père est très efficace et nous avons les mêmes objectifs, il est donc facile de travailler ensemble, c’est une collaboration sereine et constructive.

 

Comment vois-tu l’évolution du métier de viticulteur dans le Bordelais?

Je suis curieux et j’ai envie d’appréhender le monde viticole sous ses différentes facettes. C’est donc tout naturellement que je me suis impliqué dans diverses instances professionnelles : Jeunes Agriculteurs, stagiaire au Conseil d’Administration de la cave coopérative de Sauveterre ainsi qu’à l’Union de Guyenne… Je souhaite être un viticulteur responsable, informé et apte à prendre les meilleures décisions pour la pérennité de mon exploitation et jouer un rôle dans l’avenir de ma cave coopérative.

Aujourd’hui on devient viticulteur par choix et non plus par succession automatique de père en fils. Il faut être non seulement passionné mais aussi technicien, gestionnaire, même visionnaire…on est plus que jamais polyvalent !

 

Nous ne sommes pas que des viticulteurs !

Bien que je ne connaisse pas les semaines à 35 heures, il est important pour moi de me libérer du temps afin de « recharger les batteries ». Avec des amis, nous avons formé notre groupe de rock, NEHOM en 2005 et tous les vendredis soirs, nous répétons dans un chai désaffecté que nous avons isolé à notre façon, ça c’est le meilleur moyen pour moi de décompresser et de partager de vrais moments de plaisir avec mes copains.

 

Quelle est ta définition du bonheur ?

C’est quand je perçois que ma vie sonne juste, lorsque je la sens accordée à celle de mes proches comme sont accordées entre elles les cordes de ma guitare : pour moi, c’est tout simplement ça le bonheur !

 

A quand un concert de rock dans le chai de la Cave de Sauveterre de Guyenne ?

Lettre d'information

Inscrivez-vous gratuitement à notre lettre d'information et nos promotions en ligne

Vous êtes maintenant inscrit !